La norme RE 2020

A partir du 1er juillet 2021, une nouvelle norme applicable à l’ensemble des constructi... ..

Publié  588 Vues actualisé 1 mois depuis
Image

 

A partir du 1er juillet 2021, une nouvelle norme applicable à l’ensemble des constructions en France entre en vigueur. C’est la norme RE 2020, ou Réglementation Environnementale 2020, qui remplace la RT 2012. Déjà par son appellation, on se doute que sa dimension écologique est plus marquée, et ses exigences engagent les constructions futures à de profonds changements.

Immo-Diffusion vous explique tout.

 

 

1/ Que vise la norme RE 2020 ?

En France, le secteur du bâtiment est responsable de près de 44% des émissions de CO2, se plaçant ainsi devant les transports et l’industrie. C’est clairement dans l’objectif de baisser significativement ce chiffre que la norme RE 2020 a été envisagée, faisant suite au Grenelle de l’Environnement de 2007.

Le but est de diviser par 3 la consommation énergétique des nouveaux bâtiments, par rapport aux constructions actuelles.

La RE 2020 se fonde sur deux concepts : celui de l’habitat passif, qui consomme très peu d’énergie (en voulant économiser pas moins de 90% de consommation comparé à une habitation classique) et celui du BEPOS (ou Bâtiment à Énergie POSitive), qui impose à tout bâtiment de produire plus d’énergie qu’il n’en a besoin.

Alors que la norme précédente fixait à 50 kWh/m²/an le total d’énergie primaire consommable, la RE 2020 fixe son seuil à 0 kWh/m²/an. Le surplus d’énergie produit pouvant être revendu ou simplement renvoyé au réseau électrique public.

On cible un gaspillage énergétique zéro et une production d’énergie plus consciente.

Refroidissement de l’habitat, chauffage, production d’eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires, mais aussi appareils ménagers et électroménagers, tout est compté et pris en compte pour atteindre ce résultat.

Retrouvez en cliquant ici le texte officiel de la Règlementation Environnementale 2020 pour plus de précisions.

 

 

2/ Quelles solutions pour y répondre ?

Concrètement, cela implique de modifer en profondeur l’ensemble du système de construction actuel, à commencer par le choix des matériaux. Les plus émissifs, comme l’acier, le béton ou les parpaings sont quasiment bannis ou réduits à une utilisation très parcimonieuse, comme pour les fondations.

Pour l’élévation des murs, il faudra désormais se tourner vers des matériaux biosourcés et renouvelables, comme la brique de terre cuite, la brique de terre crue ou le bois.

Pour l’isolation, plusieurs alternatives se présentent : l’usage du chanvre, du liège, de la paille, du feutre de laine de mouton, de la ouate de cellulose, ou encore de la mousse résolique.

Tous les matériaux utilisés pour la construction doivent favoriser l’accumulation et la diffusion de la chaleur dans le logement, mais aussi leur production.

L’architecture de la RE 2020 se veut « bioclimatique » : l’orientation du bâti et ses ouvertures sont entièrement pensées pour économiser un maximum d’énergie.

Panneaux photovoltaïques, aérovoltaïques, système de pompe à chaleur, géothermie, thermodynamie, puits canadien… il existe une panoplie de solutions prêtes à remplacer les anciens modes de chauffage, de refroidissement et de ventilation de l’habitat, soutenu par le déploiement de la domotique, qui permet d’ajuster les dépenses énergétiques en fonction des besoins (à l’image des systèmes de ventilations connectés, permettant d’ajuster l’utilisation d’une VMC, etc…).

 

 

3/ Quelles conséquences pour le marché immobilier ?

Par les profonds bouleversements qu’elle engendre, la RE 2020 suscite autant de réactions positives que négatives. Si la Fédération Française du Bâtiment et celle des Promoteurs Immobiliers s’en inquiètent, la jugeant trop restrictive, d’autres s’en réjouissent. C’est le cas de la filière du bois, qui y voit une opportunité sans précédent pour sa croissance.

Du côté de l’immobilier, cette réglementation fait inévitablement grimper les prix des logements neufs, qui présenteront un surcoût allant de 5 à 10% par rapport à un logement classique RT 2012.

Toutefois, il est primordial de garder en tête que cette hausse directe du prix d’achat pour les acquéreurs reste un investissement. Dès la première année, il sera amorti par le montant dérisoire de la facture énergétique du bien, un vrai plus si l’on tient compte du fait que le prix des énergies est sans cesse en augmentation.

De plus, songez que le logement répondant à la norme RE 2020 obtiendra une réelle plus-value lors de sa revente.

Enfin, cette réglementation participe à dynamiser le marché immobilier, qui s’ouvre à une clientèle de plus en plus sensible à la cause environnementale, attentive à son bien-être et à un mode de vie plus responsable.

 

 

 

L’avis d’Immo-Diffusion : la RE 2020 est un pas en avant pour l’écologie en France, elle donne une nouvelle direction à l’urbanisme de nos villes et fait entrer le concept d’habitat dans une ère décisive pour les prochaines décennies.

Un rendez-vous immanquable auquel vous accompagnent tous nos agents Immo-Diffusion.

 

 

 

Source et suite : www.immo-diffusion.fr




TAG IMMO-DIFFUSION "La norme RE 2020" :

Votre réaction?

0
LOL
0
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY